Quitter Paris, 8 ans après : le bilan

Un bilan LARGEMENT positif, et croyez-moi, ce n’était pas une partie gagnée d’avance…

Quand tu bascules d’un côté de la frontière ou le syndrôme de Stockholm version vaudoise.

Je suis tombée sous le charme de mon ravisseur, sous le charme de celui dont je ne voulais pas. Car oui, quand Jo me propose de venir en Suisse car ça serait for-mi-da-ble pour son job, et qu’en plus il me parle de Zürich (quoi ? allemand ? ah non désolée PAS POSSIBLE, moi j’avais choisi espagnol et latin à l’école), je lui dis « Chéri, on en reparle dans un an, là, on prépare notre mariage).

Il en reparle pendant 1 an, insiste, revient à la charge, décortique chacun de mes arguments (ma famille !! mes amis !! mon job !! beurk je n’en veux pas de ta Suisse, c’est ennuyeux !!) et me propose finalement la Suisse Romande (= francophone) car un job est disponible à Gland dans le canton de Vaud. Oui, oui, lecteur français, ça existe, on s’habitue à dire que son mec travaille « à Gland, dans le canton de Vaud« . Heureusement, le headquarter a eu le bon sens de déménager ahah !

On se sentait à l’étroit dans notre vie parisienne (et pourtant on vivait à deux dans 40m2 ahah !). La ville des possibles mais une ville complexe pour nous, dans laquelle nous n’avions pas de projection pour notre future vie de famille. J’ai mis 2 ans à arrêter de me demander ce que je faisais ailleurs qu’à Paris. 7 ans plus tard, avec deux enfants, nous sommes absolument ravis et même pour moi, il serait contre-nature désormais de vivre dans une mégalopole. Et oui, les enfants, ça vous change ! Merci Jo le niçois pour ton entêtement à nous faire quitter Paname !

Lausanne: 2 / Paris: 1

Etincelle

Le cadre de vie: c’est en quittant Paris pour Lausanne (environ 120 000 habitants) que cette sacro sainte expression a pris tout son sens. J’y englobe le calme, l’espace, la beauté des payasages, la douceur de vivre.
On quittait notre 2 pièces de 40m2 en proche banlieue parisienne pour un 3 pièces de 70 mètres carrés, en plein coeur de la ville, juste pour nous. Le luxe d’avoir une pièce bureau-bibliothèque. Le privilège d’être en plein coeur de la ville.
Des paysages à couper le souffle entre lacs, montagnes et vignes par endroits. Profitez de ces week-end pour se mettre au vert en seulement 10 mn de voiture ou de train (des trains propres, à l’heure, jamais en grève… les coupables se reconnaîtront !). La sensation de ne plus être étouffée dans la rue (bah Paris avec sa densité de 20 980 hab. par km2, ça se passe de commentaires…)

Foule métro

Une vie plus simple, plus conviviale: improviser de boire un verre avec des copains et se donner rdv dans 20mn alors qu’on est dans des quartiers opposés, acheter ses places de ciné au dernier moment sans craindre de se faire refouler pour cause de séance complète, une administration rapide et efficace (ça fait du bien !). Aller au bureau en voiture, en 20mn, ça vous change de la proximité du RER et des heures de pointe à Châtelet et La Défense. Le pied quoi !

Un village international: un des aspects de la région et de la Suisse que je ne soupçonnais pas, c’est le multiculturalisme. Plus de 20% de la population est étrangère ! Et j’a-do-re ! Nos filles sont scolarisées avec des italiens, des espagnols, des allemands. Mes copines-mamans de quartiers sont polonaises, américaines, anglaises. Une sacrée richesse qui me fait prendre conscience de mon côté très franco-français, du moins avant de vivre ici.

Je garde mes racines et mon ancrage affectif à Paris et j’ai besoin d’y retourner régulièrement. Mais quand j’y suis, je ne m’imagine pas y vivre en famille. Quand on vient d’une capitale, on imagine que TOUT s’y passe, et que donc il ne se passe RIEN dans le AILLEURS. Et c’est bien évidemment une hérésie mais un paquet de gens y croient…et les préjugés ont la vie dure !

Ce qu’il manque ? Les amis qui vous connaissent depuis plus de 7 ans ! Vous savez, nos amis d’enfance ou d’adolescence, ceux qui connaissent votre famille, votre contexte de vie. Vos copines des premiers flirts, celles des souvenirs partagés en vacances, les mêmes avec qui vous analysiez pendant des heures au téléphone le soi-disant plan drague de votre pote de fac (!!). On a toutes des vies bien remplies désormais avec nos familles, l’appel du lit est souvent plus fort que tout le soir ! On a rencontré des gens formidables ici, de vrais amis, et finalement, c’est par dessus tout ça qui compte, quelque soit le lieux de vie !

Ah et oui sans rire, les magasins de chaussures (!!), c’est juste la cata pour moi (ok, peut-être que toi lecteur tu trouves chaussure à ton pied ici pas moi !). Rien de bien grave docteur, pas de quoi remettre en question notre vie lausannoise, juste une raison de plus de faire une virée shopping !

 10937796-shopping-in-paris-shoes

Publicités