Il est né… Premières impressions à 5

Oyez Oyez les amis : Petit Poum est arrivé il y a un mois aujourd’hui !!!!! Vous dire que Mr Jay, Pim, Pam et moi sommes heureux serait bien loin de la réalité tant notre bonheur d’avoir enfin ce petit bonhomme parmi nous est grand.

Petit Poum...

Petit Poum…

Comme à chaque naissance, nous apprenons maintenant à nous connaitre, à vivre ensemble et à découvrir un nouveau rythme, à cinq… Car nous sommes désormais une famille nombreuse (oui Madame !) avec trois enfants. Nous y voilà. Plus question de planifier, d’anticiper l’organisation, d’entrainer les grands à faire ceci ou cela en vue de l’arrivée prochaine de leur petit frère, de se demander comment se passera l’accouchement etc.

Charlotte, qui ne veut pas de troisième enfant mais qui est une grande curieuse, se posait ici  plusieurs questions quant à l’organisation de la vie à 5, la redistribution des énergies et des dynamiques familiales. Alors concrètement qu’est-ce que ça change d’avoir un troisième enfant ??? Et bien ma Charlotte et vous autres, oh fantastiques lecteurs, c’est avec joie que je suis devenue votre petit rat de labo.

Evidemment, ce n’est pas avec seulement un mois dans la vue que je vais pouvoir vous parler en détail de logistique, horaires, nuits, vacances à 5 and co.. Mais j’aimerais partager avec vous mes premières impressions sur ce qui change lors de nos premiers jours avec notre petit troisième, notre Petit Poum chéri, et mes troisièmes grossesse et accouchement (pas de gore, promis) – dans le désordre, de manière non exhaustive et totalement subjective :

  • Chaque grossesse est différente dit-on, je confirme ! Nausées non-stop jusqu’au cinquième mois et diabète gestationnel pour celle-ci ;
  • Du coup une prise de poids bien moindre – je n’ai pas atteint mes records précédents que, par égard pour moi-même-je, nous qualifierons de « vingt kilo et plus », et qu’a l’heure où je vous parle j’ai presque retrouvé mon poids d’avant grossesse ;
  • Pas une minute pour soi durant la grossesse y compris durant le congé mat’ car les deux futurs grands frères continuaient sur leur rythme habituel avec zéro empathie pour leur mère qui osait squatter le canap’ à 19h30 – et qui l’exprimaient haut et fort, Pim et Pam qui sont des anges de douceur m’ont quand même sorti que 1) ce n’est pas parce que j’avais un bébé dans le ventre que j’avais la priorité sur le fameux canapé et que 2) sans rire, il n’y avait pas que pour moi que c’était difficile la grossesse et que j’avais toujours un truc qui n’allait pas (ah bon, moi la mater dolorosa ?!) et que ce n’était vraiment pas drôle pour eux (…). Mes petits chats… ;
  • Les accouchements des troisièmes loulous sont réputés être rapides, encore une fois je confirme (1h30 top chrono une fois la machine lancée) et soit dit en passant car il faut bien que j’extériorise mais je ne m’étends pas et réserve les détails à mes copines, ces grosses chanceuses : j’ai pleuré ma mère de douleur – plus joliment, je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie;
  • Avoir une sage-femme homme – formidable et qui s’est bien battu pour qu’on me fasse une péridurale dès que possible (bien qu’elle n’ait visiblement pas super bien fonctionné) ;
  • Un copain baby-blues moins violent que les précédents mais plus sur la durée – est-ce le fait de devoir continuer à assurer avec les grands, je ne sais pas ;
  • Une (grande première !) tentative d’allaitement ratée ;
  • Une nouvelle jeune maman carrément plus cool (à mon sens, chacun son objectivité) avec Mr Jay que je ne saoule plus parce que la tétine du bib’ est comme ci au lieu d’être comme ça, que la couche n’est pas exactement positionnée – d’ailleurs maintenant que j’y pense ce serait presque lui qui me ferait des réflexions (oh mais ça va ou bien ?! Le monde à l’envers…) !
  • Une énorme fatigue (qui persiste encore à l’heure où j’écris ces lignes et cette impression de ne jamais récupérer) car peu de repos durant congé mat’, d’où une arrivée à la mat’ épuisée et pas prête physiquement à affronter ce marathon qu’est un accouchement et la fatigue qui s’accumule depuis avec de petites « nuits » – la rançon du succès me direz-vous et c’est effectivement ainsi que je le prends ;
  • Réaliser que quelques années de plus (4 en ce qui me concerne) entre son deuxième et son troisième enfant font une réelle différence question forme physique et vitalité pendant et après la grossesse ;
  • Des grands frères morts de rire à chaque prout de Petit Poum et encore plus si c’est l’un d’eux qui le porte à ce moment-là ;
  • Découvrir avec bonheur et fierté de nouveaux traits de personnalités de ces deux grands (enfin pas si grands) garçons en les regardant interagir avec leur petit frère ;
  • Ré apprendre (ça revient vite) les gestes avec un nouveau-né et s’étonner qu’il dorme aussi longtemps (bah oui, ça aussi on oublie vite..) ;
  • Se souvenir que tout prend encore plus de temps qu’avant et je pense notamment aux sorties pour lesquelles nous avions déjà une sacrée force d’inertie comparable à celle d’un paquebot mais là on a atteint des sommets – et encore, quand on arrive finalement à sortir à 5 ;
  • Avoir plus d’amour encore qu’avant pour chacun des membres de sa petite famille (nombreuse, je me répète) mais avoir aussi l’impression de manquer de temps pour eux individuellement – et pour soi ;
  • Plus trivialement, acheter une nouvelle voiture – et croyez-moi, le passage de la Mini à la Polo pour l’arrivée de Pam ne s’était pas fait sans mal, celui de la Polo à la Sharan (oui, Sharan, pas Tiguan ni Touran, la grande quoi, le van familial !) pour celle de Petit Poum n’est pas facile à vivre conduire non plus car soyons clairs c’est un tank – mais bon c’est super pratique, plein de place, portes coulissantes etc. mais je ne vais pas faire l’article non plus . [Et bah oui, pour ceux qui se le demandent, comment dire poliment, nous sommes vraiment très très contents d’avoir acheté une VW qui marche au DIESEL il y a tout juste 6 semaines histoire d’être sûr d’être totalement équipés pour l’arrivée de Petit Poum et que ça ne pouvait pas attendre !!!!!]

Ceci dit, il y a les choses qui ne changent pas à l’arrivée de ce petit troisième à commencer par l’immense émotion ressentie à le tenir pour la première fois dans ses bras et la joie qu’il nous procure tous les jours lorsqu’il pose son regard observateur sur nous et sur le monde. Ce bonheur de chaque instant de le voir (déjà) grandir et prendre sa place dans notre famille. Ensuite et bien qu’on soit sensé avoir l’habitude, on reste un petit peu désarmé face à ses pleurs, ses coliques et autres reflux. Les craintes habituelles aussi : est-il en bonne santé, vais-je y arriver etc.

Et puis comme lors des arrivées de Pim et Pam, on se demande plusieurs fois par jour (et par nuit) « Mais que pouvais-je bien faire de tout le temps que j’avais AVANT »…

Ce qui ne change pas aussi c’est de se rappeler, comme à chaque fois, la chance que l’on a d’avoir été suivie et d’avoir accouché dans un pays comme la Suisse, avec un personnel soignant compétent, des outils médicaux perfectionnés et où des complications « simples » lors de la grossesse ou de l’accouchement n’engendrent pas ou peu de situations aux conséquences graves pour l’enfant et la mère, comme ce pourrait être le cas dans d’autres pays bien moins privilégiés. A cet égard, je remercie mon formidable médecin avec laquelle j’ai mis au monde mes trois enfants. Et of course Mr Jay qui a été mon héros pendant ce troisième accouchement et sans lequel je n’y serais pas arrivée ou en tous cas pas aussi bien. Je remercie aussi mes parents, mes frères et sœurs, ma maîtresse de CP etc.

[Une autre chose qui n’a pas changé pour moi avec l’attente de Petit Poum : toutes les réflexions reloues auxquelles j’ai eu droit de la part des uns et des autres, au bureau, dans la rue, au resto, à la Coop, sur l’état de mon ventre et la venue prochaine de mon accouchement – dès le quatrième mois de grossesse, un « c’est pour tout bientôt ????? », ça fait toujours plaisir]

[Et une mention spéciale aux (très) gentilles amies qui essayaient à chaque fois qu’elles me voyaient enceinte de me faire sentir bien à coups de compliments et croyez-moi, ça valait son pesant d’or (surtout compte tenu des commentaires susmentionnés) et j’ai eu la chance d’en avoir plusieurs autour de moi. Merci mes copines, vous êtes les meilleures !!]

[Vous remarquerez peut-être que je ne vous ai pas parlé de la canicule… ET POURTANT (un conseil question timing: si vous pouvez, essayez d’éviter Juillet/Août pour vos 8e et 9e mois de grossesse. Je sais, on ne choisit pas forcément, la preuve…)].

A tout bientôt les cocos !

Publicités

Une réflexion sur “Il est né… Premières impressions à 5

  1. Rho, 3 mecs…tellement parfait…parce que tu n’en parles pas dans ton post mais les réflexions des gens à ce sujet…valent aussi leur pesant de cacahouètes…!!! Bravo et bon courage pour les semaines merveilleuses…et exténuantes qui t’attendent!!! Et du coup, j’ai trop envie de connaitre les prénoms de ton boysband!!!! ;-))

    J'aime

Les commentaires sont fermés.