Mon déjeuner chez Violier

Une fois n’est pas coutume, aucune photo n’accompagnera ce post. Et pour cause, me prendre en selfie avec les yeux doux de la sole qui attend patiemment dans mon assiette, ça sonne FAUX pour moi, au restaurant de l’hôtel de ville de Crissier, dit »Chez Violier ».

Et justement, dans ce resto, TOUT sonne juste, TOUT est évident et cohérent. C’est la marque de fabrique des vrais adresses d’exception.  Et à ceux qui taxeraient l’endroit de snob ou de pédant, c’est justement tout l’inverse. Aucune raison de vous sentir mal à l’aise ou comme l’intrus de service.

Pour mon anniversaire, j’ai eu la chance (merci mon mariii !) de pouvoir déjeuner dans cette célèbre adresse gastronomique qui détient 3 étoiles Michelin depuis 1975. J’ai tout de suite été marquée par le ratio de serveurs par client ! Il en faut du monde pour bichonner les clients gourmands !

Estivale 2016
Carte 22
Sole de Noirmoutier, fenouil de Florence et sauce rose au champagne.

Voilà en quoi se résume ce repas d’extase !! (bon, avec en plus un sacré dessert au chocolat !!!). La sole est le poisson de mon enfance, le rituel du mercredi midi. Mais la sole de Violier n’avait en rien le goût de la sole que je connais.

Évidemment, car on est ici dans l’ordre de l’exception et de l’excellence.

Une cuisine moderne, gourmande et minutieuse, un époustouflant travail de présentation et notamment pour les légumes, qui deviennent des objets sculptés.

Les mignardises salées ainsi que les mini-pains (mention spéciale pour celui au zeste de citron, notre coup de cœur) permettaient de patienter jusqu’à l’arrivée des plats.

Évidemment, le choix du sommelier était plus que divin.

Les plats à la carte, le menu et les prix sont consultables ici (ça doit être la carte du soir). Une expérience sensorielle qui a un prix certes, ce n’est pas la cantine de midi. Mais la promesse est largement largement tenue !

Évidemment, nous avons TOUT adoré et l’inverse n’est pas possible (ou bien, je suis curieuse de connaître les arguments).

Brigitte Violier, la femme du défunt chef Benoît Violier, vient en personne nous saluer au moment du départ, avant de nous emmener en cuisine pour nous présenter à Franck Giovannini, le chef au commande du restaurant. J’imagine que ce rituel de fin de repas est pour tous les convives, nous sommes des clients « lambdas », on ne s’attendait pas du tout à cela.
Je « connais » Brigitte à travers les médias et je suis encore une fois épatée par ce contact, si juste, on aurait envie de l’inviter à boire un verre, elle est comme il faut, ni plus ni moins. Idem en cuisine avec le chef qu’on couvre de compliments. L’occasion de découvrir l’antre de cette institution, la cuisine est ultra claire et moderne… et, on y découvre une table de 6 clients, c’est LA table la plus demandée du restaurant.

Évidemment, j’aimerai y retourner un jour avec des amis ou de la famille et réserver cette table, être au milieu de l’action pour voir comment s’animent ces magiciens du goût.

Évidemment, on pense aux événements tragiques de début d’année, avec le suicide du chef Benoît Violier, a seulement 44 ans, au sommet de sa gloire…

Ce restaurant était arrivé à la mi-décembre, à la première place de « La Liste », palmarès de mille tables d’exception de par le monde.

A noter que le restaurant de l’hôtel de ville bénéficie du label Chic Kids, un label indépendant qui recense les adresses réservant un bon accueil aux gastronomes en culottes courtes (sur chickids.ch, tu fais une recherche multi-critères, par exemple « staff aimable », facilité accés poussette, etc.).

Stay tuned, on vous en reparle prochainement !

Restaurant de l’Hôtel de Ville, 021 634 05 05
1, rue d’Yverdon
CH-1023 CRISSIER

 

Publicités

2 réflexions sur “Mon déjeuner chez Violier

  1. Magnifique. En tout cas, même sans photos (et je comprends que tu n’aies pas voulu jouer les paparazzis!) ça donne vraiment envie. C’est vraiment une maison exceptionnelle et j’aimerais bien avoir l’occasion de m’y rendre un jour ;-)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.