Interview SuperWoman: Marlène, créatrice de Bajibom

Des SuperWoman en Suisse Romande, y’en a tout un tas et on a décidé de les mettre à l’honneur à travers une série de portraits que vous retrouverez ici. Des femmes formidables qui habitent par-là, aux profils variés, avec ou sans enfants et qui se donnent toutes à fond dans ce qu’elles font.

Notre star du jour est Marlène Rollier, la talentueuse créatrice de Bajibom, une adorable marque de textiles pour enfants, spécialisée dans les univers du bain et de la nuit. A 40 ans, lasse de son métier dans la gestion du transport aérien, elle devient mumpreneur, soutenue par son mari et ses 3 enfants. Visite des usines au Portugal, discussions avec les couturières, création des patrons, Marlène est partout.

marlene-rollier

Douceur, cocooning et détails chics sont la signature des collections intemporelles de Bajibom.

Bye bye la vie d’entreprise et le métro-boulot-dodo, welcome la machine à coudre et la formation de styliste modéliste ! Bajibom est née et on est hyper fières de vous en parler !

1. Marlène, parles nous du avant et après Bajibom 

Avant Bajibom, j’étais cadre dans une grande entreprise française en région parisienne. Métro, boulot, dodo, les enfants à la garderie jusqu’à 18h00, la pollution, les bouchons. Bref, rien d’épanouissant dans ce tableau.
A 40ans, j’ai réalisé que je ne voulais plus de cette vie et notre bouffée d’oxygène étant nos vacances répétées dans le Valais, après bien des soirées de réflexion, nous avons décidé, mon époux et moi de venir nous installer en Suisse.
Je rêvais depuis longtemps de créer des vêtements pour bébé et enfant et je les voulais fabriqués en Europe, dans des ateliers qui respectent leurs salariés. Je voulais aussi proposer des vêtements à partir de tissus éco-responsables. Je me suis donc formée au stylisme et j’ai cherché des ateliers de fabrication avec lequel je pourrai créer un vrai partenariat. Je les ai trouvés au Portugal.
Aujourd’hui, je suis une maman entrepreneure épanouie, en harmonie avec ce que je fais tout en participant beaucoup plus à la vie quotidienne de mes enfants. Evidemment, je suis parfois stressée, impatiente de développer la marque Bajibom et de la faire grandir, mais c’est un stress positif et toute la famille me soutient. J’ai trouvé ici le cadre idyllique pour entreprendre et me réaliser. Comme nous habitons ici depuis 18 mois, mon réseau est restreint mais Bajibom m’aide aussi à rencontrer et découvrir d’autres parcours, d’autres personnes.. et tout cela n’a pas de prix.

bjb-009bjb-053

2. Justement, peux-tu nous décrire ta journée-type de SuperWoman ?

Debout 06:30 pour gérer le départ à l’école de mes 3 kids. Puis la matinée est partagée entre la préparation des commandes, la communication sur les médias sociaux et la prospection pour me faire connaître à l’extérieur (recherche de partenariat, distribution de flyers..).
Pause le midi pour le déjeuner avec les enfants (parfois un peu rapide, j’ai du mal à décrocher en milieu de journée).
L’après-midi est plus créative : je prépare les collections, dessine de nouveaux modèles, je recherche des tissus jusqu’au moment où je mets ma casquette de Taxi pour emmener les enfants aux activités…
Je me remets souvent au travail vers 21h00 quand il me reste de l’énergie pour travailler sur le site internet ou la comptabilité de mon entreprise.

3. Quelle est ta sortie en famille préférée dans le coin ?
L’été, c’est sans aucun doute la plage de Buchillon pour nos pique-niques dominicaux. Et toute la famille est fan du musée Olympique de Lausanne, où de nombreuses animations nous permettent d’y retourner souvent sans s’y ennuyer.

bjb-021

4. Que fais-tu pour occuper tes enfants lorsqu’il pleut des cordes (ou neige ou vente de la bise !) et que tu ne peux pas sortir de chez toi ?
Comme ils grandissent (12 ans, 10 ans, 8 ans), ils ont moins envie de jouer… et les écrans les hypnotisent !! Alors, on partage, un peu de tablette, et ensuite avec mon fils, on cuisine ! Plutôt du sucré…évidemment. Cookies, crumbles, crêpes, gaufres, tartes.
Et tous les 3 aiment coudre (étonnant, non ?), alors je leur prête ma machine à coudre et mes échantillons ou chutes de tissus. Mes filles fabriquent des couvertures pour leurs figurines de chevaux ou des chouchous pour attacher leurs cheveux, mon fils préfère fabriquer des doudous ou des pochettes pour ranger mon téléphone. Les weekends pluvieux, c’est plutôt jeux de société tous les 5.

5. Ton astuce pour concilier vie professionnelle/projet perso et vie familiale ?
Je réfléchis mais je crois que je n’en ai pas. J’essaie de prioriser en fonction des besoins de mes enfants et de mon entreprise même si ce n’est pas simple chaque jour. Mes enfants n’ont pas eu l’habitude d’avoir une maman qui travaille à la maison mais à l’extérieur ; cela demande un temps d’adaptation pour chacun.

6. Quelle est ta recette magique ? Bonne, saine, rapide et adorée par les enfants ?
Les pommes au four ! Un bon moyen de leur faire manger des fruits l’hiver quand ils n’apprécient pas les agrumes et ça change du quartier de pomme classique.

7. Que fais-tu lorsque tu as besoin de décompresser ?
Je vais marcher dans les vignes ou je vais chez le coiffeur.

8. Quel(s) sont les blogs/sites/comptes Instagram/Facebook que tu nous recommandes ?Thingswithsouls où comment rendre éternel un pull fétiche en Ourson trop mignon ou une cravate en marque-page délicat ! J’adore l’idée du recyclage et le résultat est juste magnifique.
Yellow Paper Car, j’aime beaucoup l’univers de cette illustratrice.
Baabuk parce que j’adore le design et le côté naturel de leur chaussons… et parce que c’est une start-up suisse.

Merci Marlène et bonne chance pour tous ces nouveaux projets !

Bajibom sur Facebook et Instagram
http://www.bajibom.ch pour le shop online.

Publicités

10 réflexions sur “Interview SuperWoman: Marlène, créatrice de Bajibom

  1. Pingback: Happy 2017 ♥ on vous gâte ♥ | Deux Filles, un Thé

  2. Pingback: Trois sites de jolies choses pour tout-petits – Les petits Genevois

  3. Merci beaucoup « Les petits genevois »! Je ne me sens pas plus superwoman que toutes les autres mamans du monde. J’aimerai tant que toutes puissent réaliser leurs rêves comme je le fais aujourd’hui. Si mon audace pouvait permettre à d’autres de s’épanouir dans leur vie de femme et de maman, ce serait une très grande joie.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.